Dans quelle mesure votre voix communique et que dit-elle de vous ?

 

Votre voix vous sert ou vous dessert ? 

 

Vous aimeriez savoir ce que votre voix révèle ? Ce que l’on perçoit de vous à travers votre timbre ou votre diction ?

Tout comme vos mots ou votre corps, votre voix communique.

Elle peut servir votre message, appuyer vos propos, véhiculer un sentiment positif et ce que vous souhaitez transmettre, comme elle peut vous desservir complètement.

 

Et peut-être même que vous avez conscience de cette communication, sans parvenir totalement à la contrôler ?

Parce que vous n’arrivez pas à maîtriser votre voix, ou parce que vous ne savez pas quoi changer pour qu’elle transmette ce que vous souhaitez.


Pourquoi et qu’est-ce que votre voix révèle de vous ?

Il existe une corrélation très puissante entre votre corps et votre voix.

Car votre voix ne se limite pas à votre gorge ou vos cordes vocales, mais fait intervenir votre corps tout entier. C’est un mécanisme physiologique complexe qui mobilise plus de 300 muscles.

Ainsi, une action à un niveau donné de cette chaîne musculaire aura des répercussions sur votre voix.

 

Or ce que vous pensez, ce que vous ressentez se manifeste souvent de manière physique. Cette manifestation « physique » va donc directement influer sur votre voix.

Par exemple votre état émotionnel correspond bien souvent à des manifestations physiologiques, lesquelles ont une interaction directe avec le timbre, le volume, la hauteur ou encore la rythmique de votre voix.

Ainsi, votre voix ne transmet pas seulement vos mots, elle traduit vos états internes,  physiques, physiologiques, émotionnels. Elle dit de vous au delà de vos propres mots.

 

 

Comment votre voix communique ?

 

Votre voix communique à travers différents paramètres.

 

Par exemple le volume de votre voix, qui peut être fort, moyen ou faible, peut révéler votre personnalité.

Une voix faible peut donner l’impression d’une personne timide, qui n’ose pas être entendue, tout comme une voix trop forte peut agresser, et vous présenter comme quelqu’un d’autoritaire, qui monopolise l’espace sonore.

 

Ltimbre de votre voix, (c’est à dire sa sonorité), qui peut être nasillard, grinçant, suave ou chaleureux par exemple, est aussi un bon indicateur.

 

Quant à la hauteur, c’est souvent le principal facteur que l’on cherche à modifier. Beaucoup de mes élèves viennent me voir en me disant « je voudrais avoir une voix plus grave ». (Les chanteurs eux veulent toujours chanter plus aigu ).

Ainsi, dans notre société longtemps patriarcale, les graves font figure d’autorité, de crédibilité, de prestance. Les aigus quant à eux sont associés très souvent aux émotions où à la jeunesse et son insouciance.

Et de la hauteur découle directement vos intonations.

Une phrase qui se termine en remontant dans les aigus va traduire la surprise ou l’interrogation.  Lorsqu’un propos aboutit, la voix retombe dans les graves, ce qui indique que la phrase se termine.

Ainsi le sens de vos paroles est directement servi par les variations de hauteur de votre voix.

 

Votre diction, quant à elle, est le vecteur direct de la clarté de vos propos. Elle peut révéler votre dynamisme, comme votre « mollesse » lorsque  vos mots sont « mâchés », peu articulés.

Elle peut aussi symboliser l’attention que vous portez à l’autre, au désir de lui faciliter l’écoute et d’être compris et entendu.

 

Enfin, votre « rythmique » et votre débit, c’est à dire votre vitesse d’élocution, sont aussi un puissant indicateur de votre disposition et de vos intentions.

 

 

Votre voix révèle votre état

 

Ainsi sous l’effet de la peur par exemple , votre débit s’accélère.

Sous la pression plus forte de l’air, votre voix a tendance à devenir plus aigue, voir un peu criarde.

 

Ce type de voix va alors non seulement véhiculer votre stress, votre nervosité où votre peur, mais va de surcroît créer un certain malaise chez celui qui vous écoute.

 

S‘il est intéressé par vos propos et manifeste de l’empathie, son coeur va alors s’accélérer suivant la rythmique de votre propre débit, et il va se caler sur votre état interne selon un phénomène bien connu et dont je vous parlerai en détail dans un prochain article : la synchronisation.

 

Mais votre état « néfaste » peut aussi créer un total détournement de votre auditeur, qui va choisir inconsciemment de ne pas vous entendre.

 

 

L’analyse de « comptoir »

 

Cependant, attention aux interprétations trop réductrices.

Car laccélération de votre débit ne va pas nécessairement traduire la peur. Il peut aussi être dynamisant, et être la manifestation de votre énergie.

 

Lorsque vous êtes en pleine activité, votre respiration est aussi plus rapide afin de fournir davantage d’oxygène à votre corps et votre coeur bat donc aussi plus vite.

L‘accélération de votre respiration, donc de votre coeur, de votre rythmique interne et par conséquent de votre débit peut donc être le signe de votre angoisse, comme de votre entrain. (qui sont tout de même 2 choses très différentes).

 

On ne peut donc assimiler une « signification » à la seule rythmique de votre débit.

 

Traduire ce que votre voix dit de vous, c’est donc faire l’analyse de plusieurs paramètres.

Car si je pose un peu succintemment quelques jalons de l’analyse vocale, celle-ci est beaucoup plus subtile et complexe que cela et on doit analyser non pas un seul facteur mais un  ensemble de facteurs.

 

 

Analyser ce que traduit votre voix c’est donc prendre en compte plusieurs paramètres 

 

Et tous ces paramètres participent de façon interactive à votre « relief vocal » et doivent donc être analysés en corrélation les uns aux autres.

 

Dans le cadre de l’analyse du langage corporel, on parle de cluster, c’est à dire un ensemble de gestes et non un simple geste isolé.

 

Ainsi, on ne peut déduire qu’une personne est peu affirmée à sa seule poignée de main un peu « mollassone « .

Seul cet élément combiné à d’autres, tels qu’un regard fuyant, des épaules rentrées etc…, peuvent nous permettre de tirer de telles conclusions.

 

Sur le plan vocal, c’est la même chose.

 

 

En conclusion 

 

Analyser ce que votre voix dit de vous c’est donc analyser un cluster, (terme qui en musique signifie aussi un agrégat de plusieurs notes).

( Je choisi volontairement d’utiliser le terme cluster vocal, mais cette appellation, est purement personnelle, et si elle existe dans d’autres domaines, elle n’a pas encore à ma connaissance été utilisée dans le domaine de l’analyse des voix. Maintenant c’est fait ;) )

Ensuite, cette analyse sera d’autant plus puissante si elle combine certains éléments vocaux à des attitudes corporelles. (Vous pouvez revoir dans cette vidéo à quel point votre corps et votre voix sont liés).

 

Enfin, et par conséquent, maîtriser votre communication « vocale », ce que l’on appelle la communication paraverbale, consiste donc à maîtriser votre posture, votre débit, votre articulation, vos intonations, votre volume, votre timbre, votre « rythmique interne » en un mot: votre relief vocal.

 

Et pour cela, je vous promets encore de nombreuses vidéos à venir.

 

N‘hésitez pas à me poser vos questions ou à me faire part de votre propre expérience, c’est avec grand plaisir que je vous répondrai.

 

 

Dès la semaine prochaine, je vous révèle, en image, le principal secret pour rendre votre communication efficace. (C’est aussi l’une des clés de votre charisme).

En attendant, je vous souhaite une excellente semaine à tous.

À bientôt.

 

 

****

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Cochez cette case pour afficher un lien vers votre dernier article (liens en dofollow dès le 5ème commentaire )


14 Commentaires

  1. xavier dit :

    Bonjour Claire
    Très séduisante cette idée de  » cluster vocal, »

    J’ai un camarade de promo qui s’appelle Romain.
    C’est grâce à lui que je connais le concept du cluster non verbal .C’est un des fondements du langage non verbal tel qu’il le présente.
    Je ne sais pas si tu connais son blog mais il vaut le détour.
    Voici son adresse:
    http://www.decodeurdunonverbal.fr/

    Ne verrais tu pas un « article invité » pour réunir vos deux univers?
    Je te souhaite une bonne soirée
    Xavier

    PS: J’aime cet article « Dans quelle mesure votre voix communique et que dit-elle de vous »
    Je reviendrai le revisiter!

    1. Claire dit :

      Bonjour Xavier,

      Merci pour ton commentaire.

      Oui je connais le blog de Romain, je le trouve très intéressant. (je l’avais même tagué).
      Et c’est vrai qu’il est assez complémentaire du mien. C’est donc une très bonne idée, l’article invité. Je vais y réfléchir.

      Merci encore et je te souhaite une excellente journée

  2. BK dit :

    Bonjour Claire,

    Ainsi ma voix trahirait mon état ?

    Ah tiens, je préfère me taire !

    Question : pour maîtriser sa voix, le travail va-t-il donc se faire indépendamment sur chaque élément (posture, débit, intonation, articulation, volume, timbre, etc.), ou sur le cluster perso, donc sur l’interaction des éléments ?

    Bernard
    le dernier article de BK ..La fin des temps, c’est pour hier ou pour demain ?My Profile

    1. Claire dit :

      Bonsoir Bernard,

      Je vais te décevoir, mais même en faisant silence, tu communiques ton « état », par ta gestuelle, tes attitudes, ta respiration…

      Pour maîtriser ces différents paramètres il faut d’abord les isoler au niveau du travail vocal pur et apprendre ensuite à les combiner dans le cadre de la communication…
      Et cette combinaison n’est pas évidente, un exemple : essayes de tenir un son et d’augmenter son volume (tu auras peut être tendance, comme la plupart des gens, à faire aussi un son de plus en plus aigu à mesure qu’il est plus fort… il faut être concentré pour ne rien changer à la hauteur).
      Mais tout cela, c’est encore de nombreuses réjouissances vocales ;)

      Bonne soirée Bernard

  3. bonsoir Claire,
    Je suis curieuse de voir ta prochaine vidéo pour rendre la communication plus efficace. Je ne connaissais pas le terme paraverbal mais c’est vrai que la manière de communiquer est au moins aussi importante que le sens de nos mots.
    le dernier article de hannah@methode Tipi ..Debuter en anglais ou me perfectionner comme si c’etait ma langue maternelleMy Profile

    1. Claire dit :

      Bonsoir Hannah,

      Et bienvenue ici.

      En ce qui concerne la terminologie, on utilise les termes verbal (nos mots), non verbal (pour nos gestes, mimiques, postures etc…) et donc de paraverbal (pour tout ce qui touche au « son » de la voix, à ses inflexions, ses intonations etc.. ).

      Et le plus important est que ces trois éléments transmettent le même message. Par exemple quelqu’un qui déclarerait son amour avec une attitude corporelle fermée et une voix peu convaincue a peu de chance d’être crédible et convaincant.

      Ainsi, on cite souvent les études faites par Mehrabian qui montrent que dans le cadre d’une opération de vente par exemple, l’impact de la communication est lié pour 55% au non verbal, pour 38% au paraverbal et pour seulement 7% au verbal. (j’ai pris l’exemple de la vente, mais il a mené ses études dans plusieurs domaines et sur différents types de relations).
      Bref, ton corps et ta voix participent en grande partie à ta crédibilité et à la force de ta communication.

      Mais tu en sauras davantage dans la vidéo de la semaine prochaine ;)

      Merci pour ton commentaire.
      Une très bonne soirée à toi.

      (Ps: j’adore l’écriture de ton prénom en miroir…)

  4. Salut Claire,

    Et ben avec tout ça… je vais plus oser parler !
    Si tu nous perces à jour simplement en nous entendant…
    Il y a tout ça dans la voix ?!!

    Mais comme tu dis à Bernard, ne rien dire, c’est encore dire beaucoup de choses.

    L’application au domaine vocal de tous ces concepts que j’affectionne rend la chose encore plus intéressante !

    Tu fais bien d’insister sur l’importance d’un « contexte non verbal », pour ne pas trop précipitamment tirer une conclusion en appliquant des grilles de lecture qu’on a lu quelque part (il croise les bras donc il est « fermé »).

    Hâte de voir les vidéos qui suivent :-)
    le dernier article de Grégory de Virtuose ..Pourquoi un simple tableau peut-il autant programmer votre subconscient ?My Profile

    1. Claire dit :

      Merci Grégory pour ton commentaire.

      Effectivement, on voit souvent des raccourcis énormes en matière d’analyse. Tant d’éléments entrent en compte (l’aspect « physiologique » du son mais aussi l’aspect culturel de la voix, entres autres ) qu’il est assez complexe de tirer des conclusions justement.
      Mais comme tu le signales dans ton dernier article notre inconscient perçoit énormément d’informations et nous percevons donc instinctivement bon nombre de ces paramètres. ;)

      Bonne soirée Grégory

  5. Bonjour Claire,

    J’aime bien le concept « cluster vocal »

    Trop souvent, tout ce qui touche au non-verbal est caricaturé, justement en ne tenant compte que d’un seul paramètre.

    Comme tu l’exprimes si bien, les émotions se transmettent.

    Alors un truc simple, avec beaucoup d’entrainement, c’est de jouer.
    Faire l’acteur.

    Il est possible de faire passer un message en transformant son état émotionnel.

    Qui n’a jamais fait semblant d’être fâché, qui n’a jamais accueilli avec un grand sourire un gêneur ?

    J’imagine que cela doit retentir aussi sur la voix.

    Ne me traite pas de malhonnête, je dis simplement que le simple fait de se camper sur ses pieds, de respirer correctement, transforme l’état émotionnel. Self-control.

    Plus facile à dire qu’à faire…

    Bonne soirée Claire,

    Jean Paul

    1. Claire dit :

      Bonjour Jean Paul,

      Tout à fait d’accord. J’utilise d’ailleurs beaucoup les émotions dans le cadre du travail vocal. Souvent il est plus facile de demander d’exprimer une émotion particulière pour obtenir une position physiologique spécifique plutôt que d’expliquer cette « position » qui n’est généralement facile ni à sentir « mécaniquement », ni à reproduire (la mécanique vocale est assez abstraite pour la plupart des gens).

      (d’ailleurs ton exercice rejoint celui que je propose dans une prochaine vidéo…).

      Merci Jean Paul pour ce commentaire plein de bon sens.
      Bonne soirée

      1. Bonjour Claire,

        Quand tu parles d’utiliser les émotions, veux-tu dire prendre la posture pour faire naître l’émotion ?
        Exemple bête : sourire pour ressentir la joie. (Ça marche)

        Ou provoques-tu l’émotion pour déclencher « la position » ad hoc et en faire prendre conscience pour la reproduire ?

        J’ai hâte de regarder ta prochaine vidéo.

        Bonne journée Claire,

        Jean Paul
        le dernier article de Jean Paul vivre bien ..Pour améliorer sa vie, il faut trois choses.My Profile

        1. Claire dit :

          Les deux car il y a une interaction entre le corps et l’émotion.
          Il suffit d’adopter certaines positions pour favoriser une réponse émotionnelle comme il suffit de se conditionner, de se remémorer une émotion pour induire certaines positions physiques. C’est magique ;)
          (J’utilise cette interaction suivant l’entrée la plus facile, soit je demande de ressentir l’émotion, soit je demande d’adopter une posture).

          Donc oui, il te suffit de sourire, d’ouvrir le torse et d’abaisser les épaules, de décrocher légèrement la mâchoire, et de respirer lentement et profondément pour ressentir un « sourire intérieur ».
          Le corps est le siège des émotions.

          Et sais-tu que même les mouvements oculaires ont une action sur le cerveau émotionnel ? (Ils ont aussi une action sur le son de la voix, j’en parlerai peut être dans un prochain article).

          Bonne journée Jean Paul

  6. Merci beaucoup pour cet article et pour la vidéo très intéressants.
    J’ai appris plein de choses sur ma voix que je pensais connaître.
    Je crois que je vais me plaire sur ce blog :D

    1. Claire dit :

      Bonjour Marie,

      J’en suis ravie. :)
      Bienvenue ici et merci beaucoup pour ce commentaire très sympa.

      Bonne journée.