Aimez-vous votre voix?

Votre voix vous ressemble-t-elle?

« Je n’aime pas ma voix ». « Ma voix est trop aiguë ». « Elle est trop nasillarde ». « Elle n’est pas belle ». « Comment puis-je la changer? ».

Ce sont des requêtes que j’entends assez souvent.

Vous n’aimez pas votre voix? Une solution ?

Certains formateurs vous diront que c’est un problème d’image et d’acceptation de soi.

Certains même, vous parleront de votre passé, de vos relations, du pourquoi, du comment est né ce rejet…

Et la solution toute trouvée est qu’il faut seulement apprendre à l’accepter en l’écoutant, et apprendre ainsi à s’accepter soi-même.

 Car finalement, si vous n’aimez pas votre voix, c’est que vous ne vous aimez pas vous-même.

Stop aux clichés

Quand j’entends ça, j’ai envie de m’arracher les oreilles (et les cheveux aussi accessoirement), parce que comment peut-on avoir une vision si univoque et réductrice des choses ?

Enfin c’est quoi cette psychologie à deux balles ?

On peut être objectif, indépendamment de ses élans affectifs, ou de ses attirances. Personnellement, je peux tout à fait dissocier le goûtdu jugement.

Je ne trouve pas toutes les qualités du monde à mon fils, ce qui ne m’empêche pas de l’aimer profondément.

 -> Vous pouvez aimer ce que vous ne trouvez pas nécessairement de « qualité » et vous pouvez trouver des qualités à un « objet » que vous n’aimez pas.

Vous êtes capable d’une analyse objective indépendamment de vos goûts

C‘est particulièrement vrai dans le domaine des arts par exemple.

Pour ma part, j’adore certaines musiques, parce qu’elles m’évoquent des souvenirs, qu’elles provoquent en moi des émotions, ou me font simplement du bien sur le plan physiologique. Alors que je les trouve objectivement mal construites et pauvres sur le plan harmonique.

Inversement certains tableaux peuvent me laisser de marbre alors que je les trouve objectivement de qualité, avec un sens de l’équilibre et une technique irréprochable. Oui, mais voilà, je ne les aime pas.

De la même manière, le jugement que vous portez sur votre voixpeut être indépendant de votre amour propre.

-> Bref, vous pouvez ne pas aimer votre voix sans avoir nécessairement de problème narcissique.

Le rôle du formateur

Et puis qui sommes-nous, enseignants, formateurs, spécialistes ou coach pour porter un jugement aussi péremptoire dans un domaine aussi intime que la voix ?

Vous n’aimez pas votre voix ?

Et bien soit, vous n’aimez pas votre voix. Et plutôt que de suivre une psychomachinchose pour apprendre à l’accepter, je vous propose d’apprendre à l’améliorer de façon saine et durable.

Et pour cela, la première étape consiste à l’analyser.

Je vous propose de vous écouter, de vous enregistrer. (Vous pouvez aussi demander l’avis de vos proches.)

Quelles sont les inflexions de votre voix, ses atouts, ses manques? Essayez d’être le plus objectif possible, en l’écoutant de l’extérieur.
Qu’y a-t-il à améliorer ?
Qu’y a-t-il à mettre en valeur?
Et enfin, vous-même, quel rapport entretenez-vous avec votre voix?

Voilà, je vais vous laisser quelques temps sur ces belles découvertes en perspective… Car je pars en vacances, mais je vous retrouve très bientôt.
Très bonnes vacances à tous.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *